Ash & Vanille #1 : Les Guerriers du Lézard – Sosthène Desanges

Sosthène Desanges - Ash & Vanille 1

Plus aucune fille… Voici l’étrange malédiction qui frappe depuis trente ans les naissances du Clan des Chefs. Ce peuple fier et farouche est en train de disparaître.
Refusant son sort, Ash fuit sa tribu et s’enfonce dans la forêt. Mais que faire quand on a des ennemis terribles sur sa route, qu’on n’est pas encore vraiment un homme et qu’on a commis l’erreur de s’encombrer de compagnons bizarres ? Et surtout que répondre à la proposition de cette redoutable Vaaï prénommée « Vanille » ?
Nul ne peut alors imaginer dans quelle effroyable bataille cette décision va tous les jeter !

« Ash & Vanille » est un roman d’aventures qui prend sa source dans une Océanie imaginaire, un monde insulaire au-delà du temps, peuplé de “vahinés”, d’oiseaux incroyables, de légendes puissantes, de terreurs primitives et de tribus sauvages. Un Eden dangereux qui a pour héros un cannibale de quinze ans.

« Les Guerriers du Lézard » est le premier des cinq tomes qui composent cette saga fantastique.

amazon_topic


Feather Wenlock

Tout d’abord, je remercie la Maison d’Edition Les Trois Chouettes de m’avoir envoyé ce livre en Service Presse !

À la première lecture du résumé, je me suis dit que cette histoire me semblait très éloignée de ce que j’ai l’habitude de lire… et en même temps, je ne peux pas dire que j’ai souvent vu des livres tels que celui-ci. Je ne peux pas le comparer à quoi que ce soit, ce qui est plutôt une bonne chose.

Que dire du contexte de l’histoire ? On s’y croirait ! L’auteur a une plume extrêmement habile, parfois drôle, d’autres fois poétique pour mieux nous faire imaginer ce pan de son monde… et ça fonctionne. Des montagnes jusqu’aux bas reliefs, des forêts luxuriantes aux plages de sable fin, du bras gauche jusqu’à la queue de l’île du Lézard. Les paysages sont merveilleusement décrits, j’avais l’impression de cheminer avec notre héros et de braver la mort à ses côtés. Car c’est un périple très dangereux qui l’attend, malgré les décors paradisiaques dépeints tout au long du roman. La narration ne connaît aucun répit, ne souffre d’aucune longueur, et qu’on veuille échapper aux géants ou qu’on chasse le poypoy, on ne s’ennuie pas un seul instant !

« Le soleil prit son appui sur l’eau et fit un bond dans le ciel. Quelques cocotiers firent cliqueter leurs feuilles. La surface se rida sous les alizées.
— Tu as raison : vu d’ici les kéös sont jolis, finit par admettre Ash. Mais je te jure que quand tu es enterré jusqu’au cou au milieu d’eux en pleine nuit, c’est différent.
— Cela dépend de la façon dont on regarde les choses. En général, les gens ne savent regarder qu’avec les yeux de leur tête.
Le jeune homme se retourna vers le vieil os.
— Avec quoi d’autre regarder ?
— Il y a des yeux cachés un peu partout dans les hommes, répondit Tarsham.
— Je n’ai jamais rien vu de tel !
— C’est justement parce que tu te sers des yeux de ta tête. »

Au-delà de la plume fluide et de l’aventure incroyable que va vivre Ash, je me suis régalée de tous les messages subtilement glissés dans le récit. De petites morales, qu’on voit ou non, mais qui à mon avis font leur chemin dans l’inconscient du lecteur… Pour cela, j’ai adoré les moments avec le crâne de l’ancêtre de la tribu !

D’ailleurs, qu’il s’agisse de lui ou des autres personnages, ils sont tous étonnants et hors du commun. Ils brillent chacun d’une personnalité marquante, ayant du peps… Rhaaa ! Je ne pourrais pas dire lequel est mon préféré, parce que je les ai tous appréciés pour bien des raisons (parfois car ils étaient détestables), que ce soit les cinq compagnons principaux ou les autres.
Les clans sont très singuliers aussi, et les légendes de leurs peuples amenées avec intelligence. C’est coloré ou nostalgique, enchanteur ou inquiétant… Le côté fantastique nous laisse rêveur ou estomaqué mais certainement pas indifférent ! J’ai été fascinée du début à la fin. J’ignore tout des traditions, religions et croyances présentes en Océanie, donc je ne sais pas ce que l’auteur y a puisé pour créer les coutumes présentes ici, mais j’ai trouvé cette histoire d’un exotisme envoûtant.
Au passage, mention spéciale pour la couverture que je trouve magnifique !

En d’autres termes, si vous aimez l’aventure, les paysages fabuleux et l’inattendu, ce roman devrait vous plaire ! J’ai vraiment adoré ce voyage dans les îles et j’ai hâte de savoir ce que le second tome réserve à cette joyeuse troupe ! Vous l’aurez compris, c’est un coup de cœur !

Coup de Coeur

Ella Black

Et d’un simple mouvement du poignet, la première page se tourne, l’histoire débute, et me voilà plongée, comme Alice, au pays des merveilles. Enfin des merveilles… je me comprends.

L’auteur nous embarque dans un voyage où il faut garder les yeux mais, surtout, l’esprit ouvert. Le récit d’un jeune garçon qui quitte sa tribu pour aller chercher celui qui résoudra tous leurs problèmes. Avant de partir, il va substituer le crâne de son ancêtre afin que ce dernier lui donne le courage nécessaire pour réaliser son périple. L’auteur va nous faire découvrir avec les yeux de son personnage un paysage haut en couleurs. Il nous fera traverser, marais, plaines, vallées, montagnes et forêts avec une description si précise que l’on s’y croirait. Même si dans cette nature effervescente, on trouve des végétaux dont je n’ai jamais entendu parlé, une plante exotique, un arbre qui ne pousse pas par chez nous ou peut être simplement inventé par l’auteur ; les descriptions sont minutieuses et permettent ainsi au lecteur de visualiser au mieux ces décors. Je me suis laissée envoûter.

Que dire des personnages ? Ils sont des plus surprenants, parfois même intrigants mais ils s’invitent dans le récit avec une telle fluidité que nous ne pouvons que les apprécier. Il y a bien sûr Ash, même s’il est parfois difficile de garder en mémoire qu’il n’a que 15 ans. C’est un jeune homme courageux, consciencieux, avec des principes et des valeurs. Comment ça « difficile à avaler pour un cannibale » ? mais si, il a un code d’honneur qu’il respecte.

Quant au fantôme, même si c’est celui que j’ai eu le plus de mal à imaginer, il a toute sa place dans l’histoire, et au fil du roman, d’autres compagnons s’ajoutent à l’aventure comme un poypoy, étrange animal pourtant très attachant. Celle qui m’a le plus fascinée est la petite Méduse, une fillette sorcière qui fait la pluie et le beau le temps en fonction de ses humeurs et dont les sentiments pour Ash la rendent encore plus imprévisible. Pourtant, malgré son aspect (soit, un peu crasseux, mais bon l’hygiène n’est pas une priorité pour ce peuple), sa conduite m’a tant intriguée que dès son apparition dans ma lecture, j’en faisais ma chouchoute et la voulais dans l’aventure avant même que l’auteur ne l’ait lui-même imaginé. Ok, j’exagère.

L’histoire est pleine de rebondissements et de suspense. Les émotions ressenties par les protagonistes passent aussi à travers nous.

La plume de l’auteur est fluide, et j’ai très apprécié son humour.

Une magnifique lecture, un moment d’évasion sans pareil, j’ai adoré !

not5


Une réflexion sur “Ash & Vanille #1 : Les Guerriers du Lézard – Sosthène Desanges

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s