Ash & Vanille #2 : Le Chant du Mana – Sosthène Desanges

Sosthène Desanges - Ash & Vanille 2

Ash, Vanille, le crâne, la Méduse et le poypoy se jettent à la poursuite des géants qui ont dévasté Pelagee. Le vent les pousse jusqu’au bord du monde. Là, ils découvrent que l’homme au masque n’est pas le seul danger. Sur le vaste océan, une pieuvre étend ses bras. Elle a pour nom Bagaskoro et, à sa tête, une terrible souveraine.

Le Chant du Mana est le deuxième des cinq tomes qui composent cette saga fantastique. On y retrouve l’Océanie imaginaire du premier volume, ses guerriers, ses oiseaux incroyables et ses légendes. Et l’on voyage désormais bien au-delà des rives du Lézard.

amazon_topic


Feather Wenlock

Tout d’abord, je remercie la Maison d’Edition Les Trois Chouettes de m’avoir envoyé ce livre en Service Presse !

Lorsque l’on m’a proposé de lire ce second tome, j’ai sauté sur l’occasion puisque j’avais eu un coup de cœur pour le tome 1 : Les Guerriers du Lézard. C’est toujours délicat de mettre la barre aussi haut pour un premier opus d’une saga, mais j’avais été tellement bluffée par cet univers et cette plume que je ne pouvais faire autrement. Qu’en est-il alors de cette nouvelle aventure ?

— Je connais bien cet air idiot ! dit-il. J’avais le même à une époque ! Je crains que tu n’aies la maladie que j’ai attrapée il y a des années.
— Une maladie ? fit Ash.
— Oui, une que donnent les femmes. Tu sens ton cœur battre de façon anormale, tu n’arrives plus à parler, tu penses sans arrêt à la même chose…
Le fils de Nakash hocha la tête, inquiet. Il avait tous ces symptômes.
— Est-ce qu’il y a une plante ?
— Pour guérir ? Aucun remède. Mais ça tu devrais le savoir ! Après tout c’est toi le “guérisseur du Marae”, “Ra’au” !
Ash aurait certainement rougi davantage, si cela avait été encore possible.
— Qu’est-ce qui va arriver alors ?
— Ça, ça dépend de la maladie et aussi de la femme. Certaines sont plus dangereuses que d’autres.
— Mais pour toi, que s’est-il passé ?
— Moi, j’en suis mort.

Une fois éloignés de l’île du Lézard, Ash et ses amis sont confrontés à une nouvelle page de leur vie, des dangers dont ils ne soupçonnaient pas l’existence, des vérités qu’ils auraient préféré ignorer. Le premier tome d’une série est censé planter le décor, mais ici, il change du tout au tout. Un pari risqué, puisque le lecteur qui a apprécié le contexte pourrait se trouver déçu face à cette nouveauté.
Ce lecteur, je ne le comprendrais pas.

Clairement, l’auteur réussit un tour de force. Absolument tout ce qui m’a plu précédemment retrouve sa place dans Le Chant du Mana : l’action, le mystère, les légendes, les descriptions à couper le souffle, les personnages attachants, le suspense, l’humour… mais rien n’est prévisible. Tout est repensé. L’arrivée de nouveaux protagonistes offre des horizons inattendus à nos héros, des quêtes encore plus difficiles ou des solutions inespérées. Chaque détail a son importance, chaque pierre bâtit l’édifice et je ne peux qu’imaginer le travail qu’une écriture comme celle-ci demande. C’est à la fois de l’horlogerie et de l’orfèvrerie. Je ne m’en lasse pas.

L’histoire fait un bond en avant dans ses révélations : on répond à beaucoup de questions, et on en soulève d’autres. Elle nous transporte d’une mer jusqu’au bout du monde, d’une île à une autre, d’un peuple amical à des guerriers farouches… Impossible de s’ennuyer, même lors d’une halte sur une plage d’apparence déserte ou d’une traversée en pirogue normalement sans embûche. Nous pouvons basculer à tout instant d’un lieu sûr à un territoire ennemi, et cela fait partie des gros points forts de ce récit.
Cependant, d’après moi, ce n’est pas le principal.

Je vous ai déjà parlé dans ma première chronique des messages semés par l’auteur lorsqu’on lit entre les lignes. C’est toujours le cas. Les légendes contées, les histoires transmises, c’est une palette d’émotions vives qui s’ajoute à celle des couleurs des paysages décrits. Plus que l’aventure d’un jeune cannibale loin des siens, c’est une épopée bercée de philosophie qui vous attend, vous prend par la main et vous promène sous les alizés… On peut y être indifférent, ne pas voir au-delà des péripéties déjà bien nombreuses, mais ce n’est pas mon cas. J’ai savouré chacune des paroles de Kaahl, des Moaï et, bien sûr, de l’insupportable faiseur de mots… Mon cœur est définitivement conquis par cette prose magnifique, poétique et touchante. On ne revient pas indemne d’un périple comme celui-là.

Alors je ne peux pas le noter comme coup de cœur, parce qu’il est au-dessus du premier. Encore une fois, Ash & Vanille me sortent de ma zone de confort et m’obligent à m’adapter à la situation… Je le place donc en coup de foudre. Merci Sosthène Desanges de m’avoir trouvée, merci infiniment. Et au cas où ce ne serait pas assez clair, j’ai plus que hâte de découvrir le tome 3 !

Et lorsqu’il sortira, charmée, j’embarquerai pour le voyage,
Comme un collier de fleurs parmi les coquillages…

Coup de Foudre


Une réflexion sur “Ash & Vanille #2 : Le Chant du Mana – Sosthène Desanges

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s