IL n’aurait jamais dû venir – Thierry Vernhes

Thierry Vernhes - IL n'aurait jamais du venir

En 2013, un homme vit reclus dans la forêt.
Au chômage et désabusé, il s’est fait récemment larguer par sa copine, et pour couronner le tout, sa chienne a fugué. Tout ça en moins de vingt-quatre heures. Entre ses déboires avec les Manouches, le loup qui sévit et l’orage qui gronde, la liste de ses malheurs ne cesse de s’allonger. Et puis il y a Narda, la jeune voyante, qui va lui raconter des choses intéressantes…
C’est alors qu’un personnage inattendu frappe à sa porte. Il se dit victime d’un accident de voiture alors qu’il rentrait à Paris. Qui est cet homme ? Distinguant enfin ses traits à travers la pluie battante, notre ermite devine qui se tient devant le judas. Ce n’est pas n’importe qui. C’est un homme important, peut-être même le plus important de France. C’est aussi la dernière personne qu’il souhaitait rencontrer.
La nuit va être longue, très longue, et elle risque de bouleverser son existence…

amazon_topicSéparateur

Feather Wenlock

Tout d’abord, je remercie Thierry Verhnes de m’avoir envoyé ce livre en service presse !

IL n’aurait jamais dû venir est, comme me l’a précisé son auteur, un roman humoristico-satirique. Le narrateur est un trentenaire vivant dans une petite maison au milieu des bois et à qui il arrive toute une série de malheurs. Après avoir été quitté par sa copine et largué par sa chienne (ou inversement), il croit qu’il a touché le fond… Mais ce n’est que le début des ennuis. Son habitat reclus ne l’épargne pas le moins du monde, au contraire même, puisqu’il va constituer le seul abris des environs…

De nature solitaire, méfiant et apolitique, Jean-Luc va devoir faire face à ses pires démons et nous livre dans ce récit sa véritable lutte contre ses idées ou… ses préjugés. Parce que s’il est aisé de se tenir à l’écart de la vie politique lorsqu’on a qu’une barre de réseau (capricieuse, la barre), ça l’est beaucoup moins quand cette même politique vient toquer à votre porte. Peut-on rester campé sur ses positions quand l’homme prend le dessus sur la fonction ?

L’auteur nous raconte un peu moins de vingt-quatre heures dans la vie d’un tout un chacun, qui navigue entre réalisme et épopée capillotractée. Il paraît que c’est le premier livre de Thierry Vernhes : cela ne se ressent pas ! Le style est très bon, l’humour savoureux, les jeux de mots omniprésents, les références à la culture populaire et, évidemment, à la politique, nombreuses. Pour autant, étant moi-même allergique aux débats de notre pays, j’avoue avoir eu parfois du mal à suivre ces dernières.

J’ai cependant beaucoup apprécié les différents personnages, principaux et secondaires, ainsi que les péripéties qu’ils vivent durant cette soirée et – très longue – nuit.

En conclusion, j’ai passé un bon moment en compagnie de Jean-Luc et ses (plus ou moins) proches. Les amateurs de politiques se régaleront encore plus !

not4Séparateur


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s