Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire #13 : La fin – Lemony Snicket

Cher lecteur,

Tu viens sans doute de prendre ce livre et tu l’entames par la fin, ou plutôt par ce petit texte à la fin, à seule fin d’y détecter le fin mot de l’histoire ou cherchant peut-être à savoir si La Fin est vraiment la fin, autrement dit la fin de la série qui commençait par Tout commence mal. Sans pour autant être une fin de série, ce livre est en effet le dernier tome des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, et je ne saurais trop t’en déconseiller la lecture, même si tu as trouvé le courage d’ingurgiter les douze tomes précédents.

Du début à la fin, La Fin n’est qu’une série d’abominations, dont une tempête du style fin du monde, un breuvage à donner le tournis et du poisson cru en bouillie, sans parler de moutons sauvages, d’une cage à oiseaux rococo et de perturbants mystères au sujet des parents Baudelaire.

Je m’étais fait un devoir de relater par le menu l’histoire de ces orphelins et ma mission touche à sa fin. De ton côté, libre lecteur, tu as sans doute d’autres missions et si j’étais toi je m’abstiendrais de lire La Fin, de crainte que cette fin ne m’achève.

Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket




Me voilà déjà à la fin de ces désastreuses aventures… et que dire sans vous spoiler ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à ça. Au cours des douze tomes précédents, les enfants soulèvent de nouveaux mystères, et cet opus ne fait pas exception.
Ne vous inquiétez pas, je ne vous dirai rien de capital concernant cette conclusion à la série des désastreuses aventures, et je vais tâcher d’être la plus claire possible.

Le tome précédent se finit de telle sorte qu’on n’a aucune idée de ce que nous réserve le dernier, et en toute franchise, je n’aurais pas pu m’attendre à ça. L’histoire prend un dernier virage, alors que les enfants Baudelaire sont plus que jamais confrontés à leur conscience. De sombres pensées les hantent, les rendant plus attentifs aux conséquences de leurs actes. En cela, les tribulations des enfants sont instructrices, car elles les mènent à des choix cornéliens. La question se pose davantage à chaque tome : peut-on mal agir si cela sert ce qu’on estime être le bien ?
Lemony Snicket nous raconte, avec toujours autant de malice et d’intelligence, la dernière des désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, malheureusement pour nous. On a enfin accès à certaines réponses : il était temps ! Pourtant, j’en aurais voulu plus… Peut-être que le degré de mystère entretenu depuis le début de la saga en a trop promis, c’est donc un peu mitigée que j’ai achevé ma lecture. Je reste avec un gros « Pourquoi ? » à l’esprit, et c’est assez dérangeant. J’avais espéré d’autres révélations, quitte à n’avoir qu’une succession de réponses…

En conclusion, c’est une saga jeunesse intrigante et pédagogique. Les lecteurs apprendront des choses tout au long des treize opus, gardés en haleine grâce à des péripéties en cascade, une plume fluide et dynamique et des personnages hauts en couleurs. Les plus exigeants pourront être un peu frustrés par la fin, mais elle n’en est pas moins une série à découvrir de toute urgence !



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s